AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les aventures de Linkef !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Les aventures de Linkef !   Jeu 23 Avr - 17:51

Voilà je reposte mon RP ( qui était dans ma candidature pour éviter qu'il ne disparaisse des yeux de tous Crying or Very sad )

Linkef L'Osamodas :

Aujourd'hui il faisait beau comme tout les autres jours :
J’étais entrain d'admirer Roger mon trèfle depuis 7jours 6heures 34minutes et 12 secondes quand soudain arriva une immense silhouette descendant d'un tofu et me dit :
-Linkef-Royal 5eme du nom tu es demandé chez sa Majesté la Reine !
Je n'avais rien entendu et il recommença à me parler encore, encore et encore… 5 heures c’etaient écoulées sous un grand coup de colère il sauta, leva le pied et s’écrasa…. PLACHHH ( Twisted Evil oui c’est bien ce que vous pensez )…. Roger…. Roger était mort Sad …. La silhouette m’assomma par la suite…
J’étais au château de la Reine et une fois que j’eus retrouvé mes esprits, elle m’ordonna :
-Linkef-Royal 5ème du nom mon meilleur soldat ( le seul ) je veux que tu te débarrasses de l’Empereur Salocin Isokras.
-Salocin Iso… quoi ? pale
-Peu importe ! cria-t-elle, je veux que tu le TUES !
- A vos ordres Ma Reine !
J’ouvris la porte mais peu de temps après je me retournai et demandai à la Reine :
-Que dois-je lui faire déjà Ma Reine ? confused
-LE TUER IMBECILE !
Je repartis vite pour partir à la rencontre de Salocin Iso...machin et je finis par arriver à Sirap la capitale. Je guettais en haut d’un immeuble le passage de l’Empereur, une fois aperçut j’ai sauté de l’immeuble mais en vole une plume frôla ma tête ( Il y eut un DECLIC de mon cerveau )… J’avais atterri devant l’Empereur couteau en main et il me demanda malgré mon aire menaçant :
-Que veux-tu mon garçon ?
-Je suis venu pour …. Pour
-Pour quoi mon garçon ?
-Pour… vous…. Dire bonjour Very Happy
Nous nous serrâmes la main et je repartis pour le château de la Reine, une fois arrivé à destination je lui dis :
-Ma Reine j’ai approché l’Empereur !
-Et qu’a tu fais ?
-Je lui ai dit bonjour ! Very Happy
-Et bien rien !tongue
-QUOI ??? MAIS TU N’AS RIEN COMPRIS ???
-Excusez moi Ma Reine j’ai oublié de lui dire au revoir !
Je n’ai pas trop compris sur le moment confused mais elle ordonna à 2 gardes de me jeter dans la taverne la plus proche… j’étais désespéré Crying or Very sad … mais une lumière aveuglante apparut, une lumière d’espoir, très belle et surtout 3 fois plus petite que moi mais oui c’était Dark-Elyell et il me dit :
-Rejoins Lvl-UP ! Rejoins Lvl-Up !!
Je m’avançais de plus en plus près et…. J’éteignis les éclairages et Dark cria :
-Mais pourquoi t’a fait ça ?? C’était classe !
-T’as faillit me tuer les yeux Suspect mais bon tu disais quoi ?
-A oui : Rejoins Lvl-Up pour cela va sur www.Lvl-Up.forumactif.com ensuite va dans recrutement recrutement puis nouveau et écris ton métier, ton level, ta classe et tes motivations…
-Papier !
-Quoi ?
-Donne du papiers et répète j’ai rien compris ! Razz
-Pouah t’es vraiment..... Parfois…

Une suite prochainement....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sarphian
Chuck Norris
Chuck Norris
avatar

Messages : 1518
Date d'inscription : 05/04/2009
Localisation : Gard

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Jeu 23 Avr - 19:46

Pas mal Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 0:08

Une suite prochainement c'était il y a environ un an 2.24. Et il n'y a pas longtemps l'envie m'est venu de créer à Linkef un passé glorieux dans un monde totalement absurde. Je souhaite à tous une bonne lecture à ceux qui liront ces deux parties (toutes citations d'entreprises existantes, qu'elles soient positives ou négatives n'est pas pensé par l'auteur). Des noms plus où moins célèbres ont été empruntés et d'autres inversés.
Légende : Italique : écriture dans le journal ou pensées


PARTIE 1 : le commencement de la fin.

[Journal de Linkef entrée A1 à 18 :09.36]
En 2052, aire des Osamodas, 2000 ans après dofus, deux camps s’opposent dans une terrible guerre : Nintendo et Sony. Microsoft a reçu un message d’alerte, Nintendo compte lancé une bombe dévastatrice sur une ville en leur pouvoir, Aquons’lépèl. Les enfants Osamodas sont évacués en premier par les traingodindes.

Me voilà devant la garodinde dans ma ville natale d’Aquons’lépèl. Avant de partir je jetai un dernier coup d’œil à mon père Henri Jones Junior et ma mère « dont on ne doit jamais prononcer le nom ». A contrecœur je montai sur mon compartiment « Le Epona 360 » (Que voulez-vous avec Microsoft au pouvoir ça donne ça comme nom…)
Et je m’assieds à côté d’autres Osamodas de mon âge quittant aussi leur famille à cause de la guerre entre Sony et Nintendo. Microsoft a décidé de prendre part à ce combat peine perdu contre les puissants Nintendo-men, c’est peu être le dernier jour que je revois mon père. Le traingodinde démarra, je regardai derrière moi ma ville une fois à bonne distance et MALHEUR, une explosion marionaire eu raison de la ville de Linkef (m’énervé pas, y a plus de ville donc plus de nom). Je restai silencieux, les larmes aux yeux (Eh oui chez moi tu souffres en silence sinon une tarte) quand mon voisin m’interpella : «
« - Dis ? On t’envoie où toi ?
- A Sirap en Ecnarf chez mon oncle Ainutép.
- Ainutép ? Le Ainutép ? Celui qui dégueule plus vite que son ombre ?
- Eh… Tu dois confondre mais c’est vrai que…
Il me coupa la parole :
« - Moi je vais dans la banlieue d’Aquecépouri !
- Mais c’est sous contrôle Nintendo-man ?
- A bon ? Mais non ! Mon père m’a dit que je serai en sécurité !
- Surement pas, tu risques d’attraper la Zeldaphobie ! objectai-je. »
Je retournai dans mes pensées (je sentis un tremblement de terre sans importance) et quelques instants plus tard une question heurta mon esprit :
« Tu crois que c’est l’heure de manger ? «
Hélas, plus personne n’était à côté de moi, soudain je compris (Zeldaphobie + tremblement de terre =…) Mais oui ! Mon voisin sur un coup de folie c’était suicidé… Quelques secondes après, je revins à mes moutons :
« C’est pas l’heure de manger ? »
Mon horloge interne avait bien raison, on m’apporta sur le champ à manger… Les heures passèrent… Les suicides des personnes à qui je parlai passèrent aussi… Puis les jours, les mois, les années, les décennies, les siècles et même les millénaires passèrent ! Quoi, je m’égare ? Ah oui donc trois jours passèrent…
Le traingodinde arriva enfin à la garodinde de Sirap, on put entendre la sonnerie très connu de la SNCF.M (M pour Microsoft, et oui… ‘sont comme ça chez eux il aime bien casser les noms des société) :
« Dra-go-din-deuh ! » (Version originale dans toutes vos gares SNCF)
Je regardai autour de moi, désorienté. Les Sipariens passaient devant moi à 100km/h et à pied par-dessus l’marché ! Enfin j’aperçus mon oncle avec son sac en plastique à la main (allez savoir pourquoi…). Je courus vers lui et nous nous serrâmes la main et nous commençâmes à partir pour la maison mais Ainutép se retourna vers les dragodindes et marmonna :
«…Elles sont dans son camp… »

PARTIE 2 : Les découvertes.

[Journal de Linkef entrée A2 à 11:32.14]
Enfin à Sirap, ville gastronomique Esiaçnarf ayant atteint la note exceptionnelle de 0.5 étoiles sur 5. La capitale d’Ecnarf n’est qu’une simple ville campagnarde mais s’étend à perte de vue. Cette ville est le vestige de la civilisation dofusienne. Le chef cuisinier Tnatûogédsiusej se mets au travail avec ses six assistants Erdap, Erdam, Ocihc, mon oncle Ainutép, Ichbeen et Erèmat, le pâté ficon doit être pourri à point… Moi Linkef, vais apprendre à manger sans broncher cette cuisine locale et Ainutép me fait part d’une terrible nouvelle…


La maison d’Ainutép était un ancien avant-poste de mercenaire. Ses mûrs faits de pierres taillées à mains nues étaient d’une précision extrême. Des sceaux des anciennes civilisations y étaient gravés, on pouvait voir un grand arc en bois d’orme surement et une flamme rouge comme le sang. Le toit fait de taule et de paille donnait un véritable aspect paysannesque à l’habitation. J’entrai dans la maison, mon oncle me précéda. Je fus ébloui par la beauté de l’intérieur, tous les meubles taillés dans le bois. Le bois vieux comme le monde. Ce monde disparu d’après mon oncle. J’observai les sceaux gravés sur les meubles semblables à ceux sur les murs de dehors. J’en comptai douze… Je me tournai vers mon oncle. Je ne l’avais plus revu depuis ma naissance, c’était presque un inconnu. On pouvait voir les cicatrices de guerre sur son visage, la plus impressionnante avait pris la place de son œil droit. Il était vêtu d’une tunique marron et beige à capuche. Il inspirait la sagesse et le courage. Il était un Osamodas un vrai et moi, je n’étais qu’un pauvre enfant Osa d’une douzaine d’années habillé de mon pyjamas (pas eu le temps de me changer avant de partir). Mon oncle me dit :
- Tu es ici chez toi maintenant.
- Oui… Chez moi. marmonnai-je tout bas.
- Tu peux…hum… Aller t’occuper dehors ou… Aller voir ta chambre je t’ai tout préparé, je t’ai acheté un quelque chose aussi…
- Ô merci oncle Ainutép ! m’exclamai-je !
Avant de monter et j’ignorai comment mais j’entendis les pensées de mon oncle ;
« Dire que le sort de ce monde est entre ses mains… »
Je montai en courant les marches, et entrai dans ma chambre. Elle n’était pas très grande mais c’était juste ce qu’il faut. Les murs étaient en pierre comme en bas avec un sol en bois. Un lit à gauche, un bureau à droite, tous taillés dans le bois. Et sur une chaise, un paquet. Je l’ouvris et j’esquissai un sourire joyeux. Mon oncle m’avait offert des vêtements, une tunique verte, un bonnet vert, des gants et des chaussures marron. Je me vêtis de ces nouveaux habits et je remarquais par le miroir qu’ils faisaient ressortir mes cheveux blonds et mes yeux bleu saphir. Puis toute cette joie s’évanouie, mon vrai chez moi, mes parents me revinrent en tête. Quelques larmes coulèrent mais d’un secouement de tête, je me calmai. Mais, mon cerveau lui n’était pas d’accord, il m’envoya la pensée d’Ainutép :
« Dire que le sort de ce monde est entre ses mains… » Qu’est ce qu’il voulait dire par là ? Le sort de ce monde ? Ce pourrait-il que...
- Link ! Viens déjeuner, il est midi !
- J’arrive !
Je descendis et je vis que mon oncle n’était pas seul. Il était en compagnie de six personnes. Son regard se posa vers moi l’air ébahit et me complimenta :
- Neveu, tu es magnifique, je savais que ça t’irai à ravir !
- O putain ! C’est ton N’veu Ainu’ il déchire trop sa mère ! s’exclama un des six Osamodas.
- Merci mon oncle et eh… merci monsieur…
- Ah Neveu ! Je te présente mes collègues, tu sais que je suis cuisinier ?
- Mon père m’en a parler un jour. rétorquai-je
- Donc voici Erèmat à qui tu as déjà parler.
Pour nous dire bonjour, nous avons fait un truc qu’Erèmat appelle ‘le Comensavaman’.
- Il y a aussi Erdap, Erdam, Ocihc et Ichbeen. reprit mon oncle
- Bonjour à vous tous ! ‘ouf pas de Comensavaman’… leur dis-je poliment.
- Enchanté ! répondirent-ils en cœur.
- Et enfin je te présente le grand, le plus talentueux chef cuisinier qui existe, Tnatûogédsiusej ! vociféra-t-il pour montrer tout son respect.
- Enchanté mon garçon et ton oncle à raison, cette tenue te va vraiment bien ! déclara-t-il.
- Merci chef ! répondis-je au garde à vous.
Le chef cuisinier éclata de rire et se tourna vers mon oncle :
« Il a de l’humour ton neveu ! »
Mon oncle acquiesça légèrement d’un signe de la tête. Ichbeen parla alors son drôle de langage :
- Bon et si nous Ichbeenions à table mes amis ?
- Très bonne idée mon, je meurs de faim ! approuva le Tnatûo.
Sur ce, nous passâmes à table et Erdap et Erdam apportèrent la spécialité maison le pâté ficon pourri à point… Je tins ma fourchette, pris un morceau de pâté, le mangeai et… Je courus au W.C le plus vite possible. Tout le monde éclata de rire et le chef affirma en ricanant :
« Pas solide ton neveu, Ainutép. »
Les rires poursuivirent et mes vomissements aussi jusqu’au départ des collègues d’oncle Ainutép, vers 17 heures. Je sortis enfin des W.C et mon oncle regardant à travers la fenêtre les yeux dans le vague soupira :
- Link… Ce monde est promu à l’anéantissement…
- Que veux-tu dire ? interrogeai-je.
- Un Osamodas fou du nom de Drannoc va matérialisé le monde des douze à la place du nôtre.
- Je ne comprends pas… répondis-je, les sourcils froncés.
- Pour simplifier les choses, prends un ordinateur, tu joues à un jeu, tu fais plusieurs choses et tu charges une ancienne sauvegarde sans sauvegarder ce que tu as fait, cela efface donc tout ce que tu as fait disparaît et tout reprend à partir de ton chargement. Pour les mondes c’est pareil, il charge le monde des douze sans sauvegarder celui-ci donc il disparaît et laisse place à l’ancien. Es-ce plus clair Link ?
- Oui mais on ne peut pas l’arrêter ?
- Hélas non, une fois le procédé déclenché on ne peut pas l’arrêter… Mais on peut re-matérialiser ce monde dans le monde des douze ou enfin ‘tu’ peux re-matérialiser !
- Moi mais…
- Écoute-moi neveu ! Si tu ne le fais pas nous sommes tous morts, et au moins là-bas tu pourras être en sécurité, c’est ce que ton père voulais…
- Mais pourquoi que moi ? Je suis trop vieux et tu possèdes un ADN compatible pour entrer dans le portail temporel… J’ai cherché un ADN compatible toute ma vie…
- Toute ta vie ? Mais ce procédé combien de temps dure-t-il ?
- Cinquante ans… Drannoc a le même ADN que toi à quelques détails près... Sauf que lui est immortel. Maintenant plus un mot, il nous reste trois années et ces trois années, tu vas les passer en entrainement pour éviter de mourir lors de ton intrusion dans le passage de Drannoc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sopirin
Fromager personnel suisse du Maître Corbac
avatar

Messages : 541
Date d'inscription : 28/03/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 0:58

Je te tire mon chapeau,

Ton texte n'ai pas le plus court, mais on le dévore ! Vraiment bravo !

(Et j'adore tes jeux de mots).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 1:12

Merci, Sopi, je poste la partie 3 demain qui sera plus orientée dans l'aventure que les précédentes.
Merci encore ça fait du bien de se dire que je n'écris pas que pour moi même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temporas
Dragueur de Dragueuses
Dragueur de Dragueuses
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 21
Localisation : Quelque part, dans Amakna...

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 1:18

Raalala, j'me suis déjà marré IRL avec toi, j'ai beau le lire 100 fois j'me marre toujours.
Eh ! Attends moi !
*Enfile ses chaussures et cours chez Linkef*
EXPLOSION MARIONERRE ! <== 2.8 2.8

Bon J'arrive !

2.60
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olix
Iop intelligent
avatar

Messages : 1875
Date d'inscription : 21/04/2009
Age : 21
Localisation : Seine et Marne (77)

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 2:38

Personnelement je regarde souvent le forum quand je vais me coucher vers minuit (0H38 en l'occurence) et là vu comme je suis fatiguer pas eu le courage de tout lire ^^

_________________
Quand l'ennemi périt, l'épée rit.


Level- 2.55
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://lvl-up.forumactif.com
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 11:23

Merci Elyell et Olix faut arrêter de se coucher à des heures pas possibles 2.14
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 12:42

Comme promis ci-dessus, la partie 3, j'espère qu'il y a pas mal de lecteurs, encore une fois bonne lecture à ceux qui liront. ( Partie orientée action/aventure )

PARTIE 3 : Le passage.

[Journal de Linkef entrée A3 à 00:06.52]
Pas d’oncle à l’horizon ? Cool je vais pouvoir écrire dans mon journal…
(Ainutép : Link, pas le temps de rêvasser TU DOIS T’ENTRAINER !). Entrainement toujours entrainement mais ça ne s’arrêtera donc jamais >.<

C’était trois années qui m’attendaient, trois années avant la fin… Mon entrainement se déroula dans les plaines en haut d’une colline près du dernier orme du monde. Mon oncle m’entraina à l’art du marteau M’Pouce, un marteau répandu il y a 2000 ans mais aujourd’hui il n’en reste plus beaucoup. Mon oncle m’ordonna en parlant à voix haute :
- Tu vas apprendre l’assaut. Cours vers moi et frappe de toutes tes forces.
J’obéis et appliquai les consignes. Je m’élançai vers mon oncle et une fois à bonne portée, je frappai ma cible. Ainutép para le coup de son bras et hurla :
« Ce coup est médiocre ! Recommence ! »
Je recommençai encore, encore et encore, mon oncle toujours mécontent voulait mieux ! La nuit tomba. J’étais exténué, j’haletai sans cesse, je n’arrivai plus à tenir debout, je relevai la tête pour regarder mon oncle, il s’approcha et me dit :
« Neveu, chaque seconde compte, si tu n’es pas prêt le jour du passage, tu mourras, désintégré à cause de ton manque de rapidité, d’endurance et de force… »
J’hochai la tête et l’entrainement reprit, je courus avec le peu de force qu’il me restait et frappai en poussant un hurlement de rage. Le coup propulsa mon oncle dans les airs. Paniqué j’allais voir s’il n’était pas blessé, je le trouvai avec la tête en sang, il se releva difficilement et avec la main sur le crâne, me demanda :
« Entrainement terminé pour aujourd’hui… Tu as réussi mais ce n’est qu’une étape il y en a bien d’autres encore… Ramènes-moi à la maison j’ai besoin de soins.
J’exécutais sans mot dire. Nous rentrâmes chez nous. Malgré sa blessure à la tête mon oncle continua l’entrainement le lendemain. Il m’enseigna l’art des invocations, de puissants alliés qui m’aideront dans le monde des douze, disait Ainutép. Les boosts qui eux pourront aider mes invocations. Je m’entrainai à l’art de ces trois techniques pendant un an et demi. Puis vint la deuxième partie de l’entrainement : La perfidie, la perversité et la ruse… Oups ce n’est pas mon journal d’entrainement que je cite >.< ! Donc, la deuxième partie : Les sorts d’attaque corbeau, griffe spectrale et frappe du craqueleur ! Je ne vous raconte pas mon état et celui de mon oncle après l’entrainement. Ce n’était pas beau à voir... Les dix-huit moi s’écoulèrent rapidement, je m’étais endurci, j’avais pris de l’âge 15 ans pouah j’suis vieux et j’étais fin prêt pour, passer dans le passage non c’est nul, me rendre dans l’ancien monde mais avant mon je devais vaincre mon oncle en combat singulier. Il était vingt-deux heures, et j’avais rendez-vous en dessous l’orme. Je gravis l’immense colline verte où siégeait l’arbre sacré et face à moi, mon oncle et à partir de maintenant un ennemi. Il me regarda et dit :
- C’est ici que tout va ce jouer mon garçon, vaincs-moi et l’ancien monde t’attend et si tu échoues, c’est que tu n’es pas digne d’avoir le destin du monde en tes mains.
C’est à partir de ce moment que je sus que plus rien ne serait comme avant. Mon oncle jeta sa cape dans les airs (quoi ? Il n’en avait pas avant ? Vous avez mal lu !) Et brandit son marteau, il s’élança vers moi. J’attendis le dernier moment, et j’esquivai en roulant sur le côté. Je contrattaquai ensuite en le griffant au visage. Je voulus m’éloigné mais Ainutép mon pris par la jambe et me lança contre l’orme Aïe. J’étais sonné, mon oncle me pris par le col et me souleva, il me dit :
- Continue ainsi et c’est la fin !
Je me débattais tant que je pouvais puis une puissance envahit mes mains, des centaines de corbeaux apparurent et se jetèrent sur Ainu’. Il leva les bras au ciel, et je vis peu à peu se rapprocher un immense poing :
- Si tu es écrasé mon garçon, tout est fini !
Je courais pour échapper à l’impact mais en vint… L’impact était imminente… Un brouhaha se fit entendre. Mon oncle ne voyais rien à cause de la fumée mais une fois dissipée, son air passa du mécontentement à l’ébahissement, j’étais debout et à côté de moi, mon craqueleur soutenant l’immense poing. La créature de pierre lança la frappe sur mon oncle mais il la retint à l’aide de son sort libération. Craqueleur courut pour pousser le poing dans le sens contraire, ils luttaient l’un comme l’autre pour la victoire. Je levai les bras en l’air, la masse de pierres compris tout de suite, il cessa de pousser, enleva la frappe de la libération de mon oncle, la jeta en l’air puis d’un dernier acte héroïque s’écrasa sur Ainutép pour le retenir. Ma propre frappe tombait de cieux, fusionna avec celle de mon oncle et s’écrasa sur lui et sur mon allié. Je brisai la frappe avec mon marteau. Mon oncle à moitié écrasé et en sang, proche de la fin bégaya :
- Neveu, pour passer le portail, il te faudra faire preuve d’une intelligence remarquable. Va maintenant !
Je prenais son pouls, il était mort. Je pleurai pendant dix ou quinze minutes quand soudain, j’entendis des bruits enfouis. Mon regard se reposa près de la frappe brisée, je fouillai un peu plus et je trouvai mon craqueleur les pierres cassées, fissurées. Je l’aidai à se relever, il lui faudra du repos pour se remettre de ses blessures. Il parla de sa voix grave :
- Merci, maître.
- Non merci à toi pour ton aide.
Le ciel devint violet-noir, on voyait au loin le néant, je demandai :
- Craqueleur, puis-je monté sur tes épaules ?
- Oui maître.
Avec son autorisation, je montai et nous partîmes en direction du néant qui effaçait tout sur son passage. On pouvait voir le portail apparaître et Drannoc aller dedans.
- Vite craqueleur ! Le portail vient d’apparaître.
- Je suis trop faible, maître, nous n’arriverons pas à temps.
- Alors, tout est fini…
- Non pas encore, maître !
Craqueleur me pris tournoya et me lança. Je planais dans les airs et de mon instinct je chantai :
- Envole moi, envole moi, envole moi, loin de cette fatalité qui colle à ma peau, Envole moi !!
J’approchai du portail à grande vitesse. Je m’écrasai contre la paroi du portail comme on s’écrasait dans une fenêtre, je voyais des petit nosios, Oh qu’ils sont beau les petits nosios ! Je me relevai tant bien que mal après mon instant de folie, et marché dans le portail était comme marché par terre mais le sol était violet et zigzaguait dans tous les sens. Le néant arrivai près de Craqueleur, il me fit signe de son énorme main de pierre comme un au revoir. Le néant l’engloutit, il ne restait plus rien de lui. Je ne savais pas si pourrais le ré-invoquer plus tard, mes larmes reprirent à pleurer mais je me résonnai, je devais passer le portail au plus vite. A cause de l’illusion d’optique, je marchais comme sur place et pourtant non j’avançais mais je ne le voyais pas c’est très stressant croyez moi. J’aperçus plus loin, un mur, un mur violet et noir qui zigzaguait comme pour le reste du portail. Une fois, face à cette structure, j’essayai de trouver un moyen de passer mais rien. Derrière moi, à une vingtaine de mètres, le portail disparaissait, le temps mettait compté. Oppressé par ce temps si faible, je commençai à faire n’importe quoi en espérant que la porte s’ouvrirait mais rien. Je m’assis par terre, la tête dans les mains et énervé, j’hurlai :
- Mais ouvre-toi Suzanne ! Je sais c’est pas ça mais quand on est énervé la langue fourche.
Je restai bouche bée, la porte s’ouvrai lentement mais elle s’ouvrait et je regardai derrière moi. Mille millions de mille sabords, le portail disparaissait à vue d’œil, peu à peu il ne me resta que quelques centimètres, si je tombai, c’était le néant à qui j’allai faire un gros câlin ! Je tombai en arrière. Je me retrouvai dans un espace blanc, blanc à perte de vue. Je soupirai :
- Alors c’est ça le néant, suis-je condamné à erré dans cette matière sans fin ?
Mais une tâche à l’horizon attira mon regard. Cette tache qui s’agrandissait de seconde en seconde et qui à la fin formait un monde, un monde fait de végétation, de tant de forêts, de lac tout le contraire de mon monde pollué. Je compris que j’étais tombé dans le passage derrière la porte j’en ai d’la chance. Je voyais des personnes différentes de moi, toute immobiles. Je supposai que le temps n’étaient pas encore revenu faute de puissance mauvais processeur ce monde xD. Je vis une silhouette en haut des montagnes, c’était Drannoc attifé de son sourire narquois. Il cria haut et fort :
- Que commence mon règne ! (rire démoniaque) Niark, niark, niark, Ah aha ahaha hahaha ahaahaa ! touss, touss, touss… Vous avez compris, il s’étrangle ! ATTENTION pour votre santé faîtes attention à l’abus de Drannoc-attitude.
Le temps reprenait son cours normal et moi était encore plus désorienté qu’à Sirap, regardai autour de moi les femmes avec leur jarre d’eau sur la tête, les hommes à la taverne, saoul et ivre. Je m’interrogeai :
- Et maintenant ?
- Quoi et maintenant ? M’écouter tu vas jeune Osamodas !
Etonné, je fis demi-tour rapidement et j’avais devant moi un…

Envie de rajouter des choses pour la partie suivante ? C'est ici!

1) Les personnages :

1 personnage IG qui jouera un rôle important : à vous de choisir, une condition (pas le droit de voté pour son personnage sauf si manque de participants ce que je redoute)
plusieurs personnages inédits : Vous pouvez en inventé un qui sera plus ou moins important selon vos idées;

2) Orientation :

Partie orientée comme la partie 1.

3) Le reste du plus sérieux au plus débile


Mettez plein de phrases susceptibles d'être, utilisées, des mots etc...
Donnez moi des idées pour que la partie 4 soit encore meilleure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temporas
Dragueur de Dragueuses
Dragueur de Dragueuses
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 21
Localisation : Quelque part, dans Amakna...

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 13:42

Linkef a écrit:
Comme promis ci-dessus, la partie 3, j'espère qu'il y a pas mal de lecteurs, encore une fois bonne lecture à ceux qui liront. ( Partie orientée action/aventure )

Euh ?
C'est pas plutot si dessous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sopirin
Fromager personnel suisse du Maître Corbac
avatar

Messages : 541
Date d'inscription : 28/03/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 13:45

Ben non, ci-dessus, c'était dans le texte d'avant qu'il a promis, sinon j'ai encore adoré.

Et je peux te faire l'honneur de te prêter mon nom (Sopirin) Cool
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 13:53

Bon comme je le pensais manque de participants ( même si ça fait moins d'une heure, il y a encore le temps ) Enfin 2 c'est déjà pas mal pour un début !
Les votes :

Personnage IG : Sopirin (1)
Personnage inédit : Si-dessous ? (1)

Du plus sérieux au plus débile :
Rien
Nombre total de lecteurs :
2,5 New record bom

Sinon la partie 4 paraitra dans la journée en espérant que vous serez nombreux à la lire !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 15:40

Et encore une partie ! J'espère cela vous plait et je souhaite encore une fois une bonne lecture à ceux qui liront. Je remercie Sopirin pour le prêt de son nom qui sera mis plus en valeur dans une prochaine partie. Merci à Elyell pour son "ci-dessous" tu le retrouveras si tu lis ^^
Enfin, je demande à ceux qui lisent, qu'ils aiment ou qu'ils n'aiment pas, s'il trouve le temps de poster un petit commentaire négatif ou positif, ça me fait toujours plaisir, au moins je sais qu'on lit mon Rp et c'est le plus important pour moi Surprised

PARTIE 4 : Une seconde vie pour Sopirin.

[Journal de Linkef entrée A4 à 6:05.13]
Me voilà dans le monde des douze, je ne sais pas où aller que faire (faute d’informations données par mon oncle), je m’en remets à Adoy, un vieille Enutrof qui en sait beaucoup sur moi et de mon monde. Il n’est pas très compréhensible parfois mais je le pense digne de confiance. Je ferai la rencontre de quelqu’un de très particulier.


J’avais devant moi un vieil homme trois fois plus petit que moi tout ridé qui me regardait en souriant. Je ne pouvais pas parlé, ce fut lui qui prit la parole :
- Etonné je suis de voir dans le village de Sirapin un Osamodas.
- Je… Je me suis perdu disons.
- Perdu ? Non perdu tu n’es pas puisque que te trouver j’ai.
- Je n’ai plus de chez moi et je ne connais pas ces terres, le terme perdu me semble pourtant adapté.
- Non, adapté il n’est pas. Ton monde disparu est, et Drannoc tu dois trouver. dit-il en me pointant du doigt.
- Comment savez-vous ?
- En les gens je lis mais cela peu importe, nous présenter il faut !
- Très bien… Je m’appelle Linkef.
- Enchanté Linkef. me répondit-il toujours le sourire aux lèvres. Adoy je me nomme, le doyen de ce village je suis.
- Doyen ? questionnai-je.
- Le chef spirituel, le chaman préfères-tu ?
J’acquiesçai d’un signe de la tête. Adoy souriait toujours. J’étais embarrassé. Il reprit :
- Est-ce que quelque chose te disent les deux cités rivales de Bonta et Brakmar ?
- Eh je ne compr…
- Peu être plus sous le nom de Nintendo et Sony les connais-tu mieux ?
- Oui…
- A l’origine de la fin du monde des douze, ils sont et des guerres dans ton monde aussi, vois-tu ?
- Moi avoir du mal à capiche ton langue…
Il passa de son énorme sourire à un visage monstrueux et il me réprimanda :
- Mais, pour un débile tu me prends ? Le langage Enutrof c’est !
- Je… Pardon je ne voulais pas
Son sourire revint :
- Grave ce n’est pas des choses plus importantes nous avons à faire ; suis-moi !
Je le suivis jusqu’à la taverne, je jetai un œil sur le côté, à l’intérieur tout le monde chantait :
- Putain d’ougah, je drop pas ! Putain d’ougah !!
Adoy entra toujours avec son sourire, je le regardai et il me dit :
- Me laisser faire, veux-tu ?
Par la suite, son sourire parti et la rage l’envahit et prit un drôle d’accent Allemand :
- Ici le commandant Adoy Schnizeul, j’ordonne le silence et un cognac !
Tout le monde se tut, plus personne n’osait bouger ne serait-ce un cil. Un Osamodas entra derrière nous, il était vêtu de rouge, de rouge, de rouge et de noir. Il affirmait être sobre on y croit il a confondu sa femme avec le barman je passe les détails. Tout le monde le regardai en train de s’enfiler sa douzième bière, il se tourna vers tout le monde et dit totalement ivre :
- Voyez-vous mes amis hipseuhhhh… La sobriété c’est la vie croyez-en mon expérience Hisppp… J’ai juré devant ma femme ici présente (il pointa le barman) de ne plus touchée à l’alcool à partir de maintenant.
La serveuse apporta le cognac qu’avait commandé Adoy, il me regarda souriant et nous continuèrent à écouté le discours de l’alcoolique :
- L’alcool c’est la mort ! J’ai été contrôlé par les gardes à 300km/h sur ma dragodinde, j’étais tout à fait sobre ou enfin hippseuhhh ! J’avais dû boire une ou deux p’tites boissons avant de partir au travail et j’ai aussi dû laisser tomber une troisième dans l’abreuvoir de ‘Sobre ‘ ma dragodinde ! Et bien sûr parce que mon nom est Sopalin eh… Sobritin non Sospiquan oui voilà Saspiquan. Je disais parce que mon nom est Sosparent hipseuhh je jure de ne plus touché à une bouteille d’alcool de toute ma vie. Non plus jamaieuhhh. Maintenant chérie je voudrais une bière pour fêter mon engagement contre l’alcool avec tous ces trognons petits bonhommes ! A la vôtre et à la sobriété !
Je le regardai avec pitié boire ce qu’il n’y a même pas trente secondes avant, avait juré de ne plus touché ! Adoy s’approcha de l’ivrogne et le salua :
- Bonjour Sopirin…
- Oui voilà Sopirin que j’m’appelle !
- Heureux je suis d’avoir pu ranimer ton nom, te demander je…
- Dîtes moi monsieur le microbe hipps vous n’auriez pas touché à l’alcool hipps parce que vu comment vous parlez, on dirait que voueuhh avez bu un p’tit quelque chose hein ? Vous avez pas écoutéeuuh mon sermon ? J’suis vraiment déçueuhhh !
- Sopirin, de femme vous n’avez pas, de cerveau vous n’avez plus sous l’influence de l’alcool, discuter demain à votre réveil nous allons !
- Demain euhhh j’ai rendez-vous avec monsieur Adoy, il veut me voir donc monsieur Adoy vous patienterez parce que je suis déjà pris hippss.
Adoy pris son bâton et assomma Sopirin, il le porta jusqu’à chez lui, je suivais sans dire un mot. On entendait Sopirin à moitié conscient :
- Plus jamais je ne toucherai à l’alcool plus jamais ! Je le jure sinon…
Le vieil Adoy lui redonna un bon coup sur la tête. Sopirin était totalement inconscient. On traversait les rues étroites de Sirapin, et on arrivait enfin devant une grande maison dont les mûrs étaient taillées en pierre, deux sceaux reposaient sur les murs une flamme et un arc. J’entrai dans cette maison avec une certaine mélancolie. Adoy me regardai avec son sourire que l’on connait déjà si bien et me dit :
- La maison de ton oncle c’était, n’est ce pas ?
- Oui...
- Savoir où couché tu dois alors ? me répondit-il encore et toujours souriant.
Je montai dans ma chambre. J’ouvris la porte et mélancolique rien n’avait changé, et sur une chaise, un paquet cadeau comme quand j’étais arrivé. Je l’ouvris et à l’intérieur un mot :
« Mon cher neveu, si tu lis ce mot c’est que tu es arrivé dans le monde des douze et que je ne suis plus. Je suis fier de toi et voici deux présents pour ton aventure : La békille et La cape hoûte. Je suis sûr que cela te servira. Fais confiance à Adoy, il est ton allié. »
Surpris je m’exclamai :
- Mais comment mon oncle a-t-il pu écrire cela ? Comment est-ce arrivé ici ?
- Là est tout le mystère Linkef, tellement compliqué sont le temps et l’espace.
Je me retournai, Adoy était au seuil de la porte (bien sûr souriant il est toujours souriant Adoy !), il s’approcha et me dit :
- Me reposer je dois et toi aussi.
Il quitta la pièce en direction de sa chambre. En effet, il était déjà vingt et une heures. J’allai me couché quand Sopirin deux bosses sur le crâne arriva, il me demanda :
- Sais-tu où puis-je couché frère ?
- Frère ? Dis moi tu es encore saoul ?
- Non, tous Osamodas sont frères, c’est une tradition… Tu n’es pas d’ici toi.
- C’est exact mais parlons-en demain je suis las. Tu peux aller couché au bout du couloir c’est une double chambre.
- Merci. Quel est ton nom dis-moi ?
- Linkef et tu t’appelles Sopirin tu t’es déjà présenté ivre.
- A l’alcool quand on commence on ne peut plus s’arrêter. affirma-t-il. Bonne nuit.
- Bonne nuit Sopirin.
Je me couchai, j’étais épuisé. Je m’endormis vite. Je fis un rêve cette nuit, j’étais assis sous l’orme où j’avais quitté mon oncle. Je contemplai les nuages quand tout d’un coup quelqu’un tomba de l’arbre. Il s’écrasa à mes pieds, regarda autour de lui, et s’exprima tout seul :
- Je suis ci-dessous…
Je fronçai les sourcils. Je ne comprenais pas. Il continua :
- Je suis ci-dessous…
Il pointait du doigt un endroit quelconque et parlait :
- Je suis ci-dessous…
Je me levai et allai à l’endroit qu’il indiquait, je regardai cette drôle de personne qui continuait de plus bel :
- Je suis ci-dessous…
Je cru comprendre, je creusai à l’endroit indiqué et je trouvai une pierre… Une pierre si petite et pourtant si lourde… Il reprit :
- Tu m’as sauvé… Moi qui étais ci-dessous…
- Ce n’est rien mais qui êtes vous ?
- J’étais ci-dessous.
- Comment ? interrogeai-je
- Vous étiez ci-dessus.
- Tu es Craqueleur, j’étais sur ses épaules ?
- J’étais ci-dessous, vous étiez ci-dessus, vous m’avez sauvé. A très bientôt Linkef, toi qui était ci-dessus.
Je me réveillai en sursaut une pierre dans la main…

Envie de rajouter des choses pour la partie suivante ? C'est ici!

1) Les personnages :

1 personnage IG qui jouera le rôle du maire du village de Sirapin : A vous de choisir, une condition (ne proposer qu'un nom que si la personne proposée est d'accord et si possible ne pas proposer son propre nom)
plusieurs personnages inédits : Vous pouvez en inventé un qui sera plus ou moins important selon vos idées;

2) Orientation :

Surprise !

3) Le reste du plus sérieux au plus débile

Mettez plein de phrases susceptibles d'être, utilisées, des mots etc...
Donnez moi des idées pour que la partie 5 soit encore meilleure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sopirin
Fromager personnel suisse du Maître Corbac
avatar

Messages : 541
Date d'inscription : 28/03/2009
Age : 23

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 16:14

J'aime.

Tu voulais une critique ? Tu as mon opinion, après j'ai pas spécialement d'idée pour toi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 16:24

Pas trop grave ^^ je travail sur la 5 en espérant avoir encore plus de lecteurs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temporas
Dragueur de Dragueuses
Dragueur de Dragueuses
avatar

Messages : 455
Date d'inscription : 04/04/2009
Age : 21
Localisation : Quelque part, dans Amakna...

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 16:29

MA-GNI-FI-QUE
SU-PER
FA-BU-LEUX
LON-G
SU-BLI-ME
LA SUITE !!!

2.12 2.37
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizouu
Miz' l'éponge
Miz' l'éponge
avatar

Messages : 951
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 21
Localisation : Haut Seine

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 18:35

J'adore Razz Allez la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 18:36

Omg un troisième lecteurs serait ce possible ? O_o
Merci à toi Mizouu !!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 21:24

Voici deux nouvelles parties, une fois de plus je souhaite bonne lecture à ceux qui liront et je vous encourage à poster des commentaires (positifs ou négatifs peu importe) les deux me font plaisir tant qu'on prend les quelques minutes à lire mes écrits
Sans commentaires, c'est comme parler aux murs, personne n'écoute ^^.

PARTIE 5 : Notre fuite.

[Journal de Linkef entrée A4 à 8:30.58]
Cette première nuit passée fut plus qu’étrange à mon goût. La matinée se présentait bien, Adoy, Sopirin et moi devions déjeuner chez le maire Yekcim-Esuom, jusqu’à l’arrivée de Drannoc. Je n’ai plus le temps d’écrire dans le journal. Je dois fuir.

Je regardai dans ma main, cette toute petite pierre que j’avais déterrée dans mon rêve. Qu’est ce que cela voulait-il dire ? Je ne le savais pas. Je descendis, Adoy et Sopirin étaient déjà réveillés. Sopirin prit la parole :
- Pourquoi vouliez-vous me voir Adoy ?
- Une mission j’ai pour vous deux.
- Laquelle ? questionna-t-on.
- Le trèfle des quatre saisons, il vous faut trouver toi et Linkef.
- Le trèfle des quatre saisons ? Mais il est détenu par Yrrah-Rettop, le plus puissant sorcier d’Amakna. s’écria Sopirin.
- Oui mais le seul moyen c’est pour vaincre Drannoc.
Sopirin devint apeuré, il reprit :
- Drannoc le fou ? Mais c’est de la folie ?
- De la folie pour combattre un fou, rien de mieux ! lui répondis-je d’un ton ironique.
On toqua à la porte. Adoy alla ouvrir. Un messager du maire nous portait un message de Yekcim-Esuom (le maire), il nous demandait de le rejoindre à la mairie pour déjeuner, il avait à nous parler. Nous partîmes sur le champ. En chemin, Sopirin me compta ses mille et un exploits :
- C’était il y a bientôt un an, je bronzai sur la plage des calanques d’Astrub, tout était calme. Je décidai de me baigner quand soudain une centaine de Raulp Mops m’encerclaient et…
- Mais dis-moi Sopirin, étais-tu saoul ce jour là ?
- Non ! Mais non ! Ah moins que… Ah !! Mais tout s’explique ! Je comprends pourquoi je les ai vus en tutu et danser la salsa du démon !
- Oui, l’alcool a de drôles répercutions sur notre vision des choses…
On arriva devant la mairie, la porte s’ouvrit et le maire discret nous fit entrer sans que personne ne nous voient. Il nous fit asseoir dans trois beaux fauteuils puis servit le thé. Je demandai affamé :
- C’est ça ce qu’on mange pour midi ?
- Nous n’avons pas le temps de manger, répondit-il. Adoy j’ai besoin de votre aide, Drannoc compte attaquer Sirapin !
- Attaquer il va vraiment ? Curieux de sa part c’est.
- Bref on ne peut plus attendre il faut organiser l’évacuation du village ! s’exclama le maire.
- Bien l’alerte il faut donner, monsieur le maire. Linkef, Sopirin prenez des provisions et partez, je vous rejoindrai plus tard.
Sopirin et moi, courûmes jusqu’à la maison, il s’occupa des provisions pendant que moi, enfilai ma békille et ma cape Houte. Nous partîmes en direction des collines, passèrent près de l’orme et un bruit m’arrêta soudain. Sopirin fit un dérapage contrôlé et me demanda d’une voix apeurée :
- Mais qu’est… qu’est ce que tu fais ? Drannoc arrive, on n’a pas le temps de s’arrêter.
- Je suis ci-dessous !
- Eh… Linkef c’est toi qui as dit ça ? questionna-t-il inquiet.
- Non c’est ‘ci-dessous’.
- Ci-dessous ? Un pa…pa…parent à toi ? reprit Sopirin près à se manger les mains.
- Aucune idée.
Ma réponse eu raison de Sopirin, il sortit du sac de provision, une bière bien forte et commença à boire, à boire et à boire. Il était comme absent. Je levai les bras au ciel et ma frappe s’écrasa à côté de l’orme, la secousse fut telle qu’un petit être tomba et s’écrasa par terre. Il ne mesurait pas plus de 70 cm et ressemblait à un tas de feuille avec un corps en bois d’orme recouvert de feuilles mortes. Il se releva péniblement et me parla de sa voix aiguë :
- Es-tu ci-dessus ?
- Oui.
- Si tu es vraiment ci-dessus, ci-dessus a alors un présent pour moi.
Je lui tendis la pierre qui m’était apparue après mon rêve. Il fit un bond pour l’attraper et me remercia :
- Ci-dessous remercie ci-dessus. C’est au tour à Ci-dessous de donner un présent à ci-dessus.
Il attrapa une brindille et me la donna, il m’expliqua :
- Cette brindille te permettra d’aller n’importe où quand tu le voudras mais attention la magie met du temps à revenir, Ci-dessous conseille à ci-dessus de ne pas en abuser. Elle possède d’autres propriétés magiques que je ne connais pas bien.
- Merci au revoir.
- Ci-dessous dit adieu à ci-dessus, sa mission est accomplie.
Il recula, et disparut au premier souffle du vent, on voyait ses feuilles volées au loin vers d’autres contrées. Un grain lumineux, attira mon regard je le ramassai et je constatai que c’était un grain de pétunia… Je relevai la tête et je vis Sopirin ivre mort, étalé par terre. Je voulus le porter mais il était bien trop lourd. La brindille se mit à vibrer. Elle lévitait dans les airs et fit apparaître une masse de pierre. Je souris à la vue de Craqueleur et lui aussi. Je lui demandai :
- Peux-tu porter Sopirin sur ton épaule ?
- Oui maître mais il vaut mieux que cet Osamodas ne fasse pas sa commission sur moi à son réveil.
- Naturellement. lui répondis-je avec un léger sourire.
Nous continuèrent notre route jusqu’au derrière les montagnes.


PARTIE 6 : Drannoc le fou


Son nom est Adoy, vous le connaissez déjà, mais que lui est-il arrivé après le départ de Sopirin et de Linkef ? Les habitants ont-ils fuient ou Drannoc a-t-il l’emporté ?

Linkef et Sopirin partirent en courant. Quant à moi et Yekcim (ou Yekcim et moi je sais jamais >.<) passâmes par une porte donnant accès derrière la mairie. Nous courûmes pour attendre la haute tour Leffe où l’on ferait retentir la cloche pour prévenir du danger. Nous prîmes les escaliers au plus vite, à la moitié de gravi, on apercevait une armée au loin. Des bworks, des trools arrivant par millier. Ils étaient silencieux personne ne se doutait de ce mal qui frapperait le village bientôt. Nous étions presque en haut. Drannoc volant rapidement et discrètement, lança deux frappes du craqueleur. Elles s’écrasèrent sur les escaliers où avait lieu notre course contre la montre. J’eus le temps de m’accrocher à une planche de bois à portée de mes petits bras. De mes oreilles fines d’Enutrof, j’entendis le maire qui lui aussi était accrocher à une planche volant à moitié dans le vide, je restai caché. Drannoc se posa sur la planche où était Yekcim et ricana :
- Niark niark ! Que va faire Sirapin sans son maire ? Oh ? Rien ? Comme c’est dommage…
Il écrasa la main de Yekcim, qui n’ayant plus de prise, tombait. Je voyais mon ami tombé à grande vitesse, essayant de trouver quelque chose où s’agripper… Mais en vint, il s’écrasa par terre, ne laissant aucun signe de vie. L’armée de Drannoc approchait. Je sautai sur la suite de l’escalier encore en bonne état. Je courrais en haut et une fois arrivé devant moi Drannoc. Il souriait mais moi non. Je sortis mon bâton, et à l’aide d’une poutre me propulsai vers la cloche. Drannoc sortit une dague et me poignarda pendant que je volai dans les airs. Je lâchai mon bâton qui percuta la cloche. La cloche retentit enfin et les habitants comprirent que le danger était là. Au son de la cloche l’armée de Drannoc accélérait le pas, défonça les mûrs de la ville. Les trools écrasaient les habitants essayant de fuir. Les bworks, eux, décapitaient tous ce qui passaient près d’eux que ce soit allié ou ennemi et dévoraient les charognes. J’étais à terre, je retirai la dague plantée dans mon corps et reprenait mon bâton proche de moi. Drannoc me dit :
- Rends-toi pauvre imbécile ou meurs comme les autres.
- Il y aura des survivants, et tant qu’il y en aura je me dresserai devant toi, fou !
Il dégaina l’immense Razielle de l’étui derrière son dos. Je brandis mon bâton encore une fois pris appui contre une poutre et m’élançai vers ma cible, je vis bien qu’il se préparait à riposter, je fis vite apparaître mon sac animé pour paré son attaque. Il me trancha de son coup d’épée du moins c’est ce qu’il croyait. Je changeai ma place avec mon sac. Enervé, Drannoc poussa un hurlement de rage, et fonça vers moi, il frappa de toutes ses forces avec son immense lame. Encore une fois je changeai ma place. Il continua à essayer en vint de me toucher et je l’assommai de coups de bâton à chaque changement de place avec mon sac. Mon sac finit par ne plus supporter les coups d’épées de Drannoc, il implosa. Le fou sourit et leva les bras au ciel. C’était la frappe la plus grande que je n’avais jamais vu. Drannoc s’envola comme signe de victoire. Je sautai de la tour avant l’impact. Ma chute fut amortie par le toit en taule d’une maison. J’étais étendu sur le sol, incapable de bouger… La porte s’ouvrit et malheur pour moi, Drannoc sortit de l’ombre et se pencha vers moi avec un sourire narquois :
- J’ai vaincu grand-père. (Il n’y a aucun lien de parenté entre eux, c’est une insulte envers son âge).
- Tu as oublies vite pour ton âge, tant qu’il y a des survivants, je me dresserai contre toi !
A la suite de mes paroles, d’un dernier effort, je me désintégrai ce qui donna lieu à une puissante onde de choc qui propulsa Drannoc bien loin. Une bwork la vue de son maître volant à l’envers dit au reste du groupe :
« Le patron devient de plus en plus fort, il vole la tête à l’envers »
Le reste des bworks et trools contemplaient le vol majestueux de Drannoc. Tous laissèrent échapper :
« WAHOUUUU !! »


Envie de rajouter des choses pour la partie suivante ? C'est ici!

1) Les personnages :

1 personnage IG qui jouera un rôle important : à vous de choisir.
plusieurs personnages inédits : Vous pouvez en inventé un qui sera plus ou moins important selon vos idées;

2) Orientation :

Hum... Je vous laisse le choix : Action/Aventure/Absurdité

3) Le reste du plus sérieux au plus débile

Mettez plein de phrases susceptibles d'être, utilisées, des mots etc...
Donnez moi des idées pour que la partie 7 soit encore meilleure !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizouu
Miz' l'éponge
Miz' l'éponge
avatar

Messages : 951
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 21
Localisation : Haut Seine

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 21:32

Tu pourrait m'intégrer dans ton histoire ;)Mizouu L'éponge Razz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 21:35

Mizouu l'éponge hum je vois déjà le cadre Surprised
Surement dans les parties à venir (7 ou 8 ).
Sinon as-tu aimé ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mizouu
Miz' l'éponge
Miz' l'éponge
avatar

Messages : 951
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 21
Localisation : Haut Seine

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Dim 24 Jan - 21:52

Ouai x') J'attend la suite Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Lun 25 Jan - 16:13

Une nouvelle partie mais pas la suite ! Un bonus (partie 1/2) qui nous renseigne sur le passé du maire de Sirapin. Bonne lecture encore à ceux qui liront. N'hésitez pas à mettre un petit commentaire sur mes Rp.

BONUS PARTIE 1 : Monsieur le maire.

Vous le connaissez, il est présent dans la partie 5 et 6, mais qui est-il, un Cra ? Un Sram ? Un Pandawa ? Les réponses dans ce bonus, où le Yekcim n’est pas très clin. Les événements ne déroulent 45 ans avant l’arrivée de Linkef.

Nous étions en Décembre, il neigeait beaucoup en cette période. Toute la province était vêtu d'un manteau blanc neige. Je m’assis dans mon fauteuil majestueux, je regardais le portrait de mes prédécesseurs accroché au mur près de la cheminée dont la flamme vivotait dans tout les sens. J’étais le premier féca maire et pas n’importe quel féca ! Oh non ! J’étais le plus intelligent de tous, le plus beau, le plus modeste (ou pas), mon smoking noir et moi cravate imposaient le respect, montraient mon statue tellement fabuleux. Et de plus, un plan avait immergé de mon cerveau, un plan, un plan qui me ferait devenir riche, le plus riche de tout Amakna ! Rien ne m’arrêtera, personne ne pourra retrouver les traces de mon plan fantasmagorique ! Je riais à la pensée de la fortune qui me tendait les bras. Un homme gigantesque me guettait à travers la porte entrouverte, rien qu’en voyant ses yeux, on devinait un sourire…
Le lendemain, je convoquai les trois deux hommes de la situation, pour exécuter mon dessin fantastique. Je reconnus l’un par ses yeux, oui ! C’était lui qui m’observait, ce gigantesque Enutrof souriant, barbu. (Ils naissent grands et rapetissent en prenant de l’âge), mais pourquoi m’espionnait-il ? Je n’en fis rien, j’avais un du pain sur la planche. Je leur expliquai :
- Cela se passera dans trois jours, nous agirons la nuit tombée et nous déroberons la puissance hivernale : Le cristal blanc !
- Il se trouve dans le musée à Niparis, la ville jumelle de Sirapin. déclara l’Enutrof
- C’est très bien protéger là-bas, si on se fait prendre, on risque la peine de mort. poursuivit le Sadida, mon deuxième collaborateur.
Je leur affirmai :
- Mon immunité diplomatique nous protègera.
Nous continuâmes à parler du casse prochain jusqu’en fin d’après midi. Le soleil se couchait presque et mon collaborateur Sadida partit. L’Enutrof, lui allait partir, quand il me dit, toujours de dos, une main sur la porte :
- Votre plan nous perdra, la puissance hivernale est incontrôlable, même si l’on arrive à la voler, elle nous refroidira le cœur, nous marcherons toujours oui, mais quand on est mort à l’intérieur, on ne peut plus faire grand-chose…
Je lui répondis avec un rire grisant. J’entendis un soupir puis une porte claquée. Etais-je fou ? Non, je n’étais qu’ambitieux… Je montai à l’étage pour me coucher

--------------------------------------------
Changement de personnage : Enutrof
--------------------------------------------

Une fois sorti, je posai mon bâton, m’assis son sur un rondin de bois trainant près de la taverne. Je contemplai les étoiles, toutes plus lumineuse les unes que les autres. J’allumai ma pipe et fumai un peu pour me détendre. Je parlai tout seul :
- (soupir) Mon vieux Adoy, dans quoi t’es-tu embarqué ?
Je rentrai dans la taverne après mon « shootage » habituel et demandai une chambre à l’apprenti. J’allais me coucher.

-------------------------------------------
Changement de personnage : Sadida
-------------------------------------------

Je marchai dans la neige, en direction du bois le plus proche pour y trouver repos dans un arbre. Je vis au loin un orme en haut d’une colline et je décidai d’aller dormir dans son feuillage épais. J’escaladai le tronc et je finis par trouver une branche assez grande où dormir. Je fermai les yeux quand une voix glacée me dit :
- Alors comme ça… On veut me maîtriser… Moi, l’Hiver ? Demain, à ton réveil, tu marcheras, tu marcheras jusqu’à ce que tu meurs !
Ne vous-était-il jamais arrivé de sentir qu’il vous manquait quelque chose à l’intérieur ? Alors que d’autres jours tout allait bien ? Moi, je n’étais plus qu’un corps vivant à l’extérieur, mort à l’intérieur. Je m’endormis très vite.
A mon réveil, je partis pour le Nord, sans savoir où aller exactement, les bras étendus comme un zombie.

---------------------------------------------
Changement de personnage : Le maire
---------------------------------------------

Les trois jours passèrent, j’avais rendez-vous à la taverne avec mes complices dans une pièce cachée dans la taverne. L’Enutrof, était déjà là dès que je rentrai dans la pièce, il me dit qu’il se nommait Adoy. Nous attendîmes Sadida pendant des heures, il n’arrivait point. Je laissai Adoy dans la pièce et aller voir dans la taverne. Un Iop voyageur entra et demanda au barman :
- Je voudrai une boisson chaude s’il vous plait.
- Une boisson chaude, Une ! cria-t-il
- Dites ça arrive souvent le somnambulisme ici ?
- Non pourquoi ?
- J’ai croisé un Sadida, il marchait mais il marchait droit mais droit et les bras tendus comme un somnambule !
- Ce n’est pas commun surtout ces temps-ci, avec la neige. affirma le barman
- Oui il n’était pas bien couvert le pauvre, il va choper un de ces rhumes…
Je me souvins de ce qu’avait dit Adoy :
«Nous marcherons toujours oui, mais quand on est mort à l’intérieur, on ne peut plus faire grand-chose… »
Je compris qu’il s’agissait du Sadida que j’avais engagé, je commençai à me demander si s’attaquer au cristal était vraiment une bonne idée…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Linkef
Créateur de camps de vacances pour Dragons cochons esseulés
avatar

Messages : 635
Date d'inscription : 19/04/2009
Localisation : A l'aube du premier jour.

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Mar 26 Jan - 22:05

J'ignore s'il y a toujours des lecteurs, ou s'il y en a tout court mais voici comme même la suite du bonus.
Bonne lecture à ceux qui liront. La partie 7 prochainement : Le cannibale du cimetière.

BONUS : PARTIE 2 : Un nouveau maire, pour un nouveau jour.

Malgré l’absence de Sadida, le maire continue de jouer sa vie pour une poignée de milliards de kamas (qu’est ce qu’on ne ferait pas pour s’acheter son pain pour le mois).

Je retournai là j’avais laissé Adoy. Je faisais grise mine, j’étais pâle. Adoy me suivait du regard puis déclara :
- Quand on joue avec le feu, on finit toujours par se brûler…
- Tu m’exaspères avec tes remarques ! grondai-je
L’Enutrof barbu, aux oreilles fines se leva et s’avança vers moi. Puis reprit :
- Laisse-moi deviner. C’est Sadida ? Oui ça ne peut être que ça !
Je grognai. Adoy comprit cela comme un oui. Il continua :
- Il n’est pas trop tard pour changer d’avis, ce n’était qu’un avertissement.
- Non ! Il y a trop de kamas en jeu. Je… Je ne peux pas changer d’avis. hésitai-je.
- Tu es bien entêté…
- Silence Adoy !
D’un mouvement de tête vers la sortie, j’ordonnai à Adoy de me suivre, il était temps d’exécuter mon dessein. Nous étions en route pour la ville jumelle ! Oh mais qu’elle était loin ! Oh que oui ! A peine sorti du village on entrait dans Niparis. Mais le pire, oui le pire ! C’est que Niparis était bâti sur une montagne. Le cristal se trouvait dans le musée mais ce musée il était au sommet (Si c’est possible). On commença à la gravir avec nos pioches que nous plantions dans les parois (Oui pas d’escalier c’est bête !). Il faisait plutôt beau temps, quelques nuages, des températures hivernales supportables. Une fois la moitié du chemin parcouru, une tempête de neige éclata comme si l’hiver sentait notre approche imminente. Le bougre se défendait. Adoy et moi ne pouvions plus escalader, si on avait le malheur de lever ne serait-ce un doigt, nous serions emporté par la tempête. Adoy me criait :
- On peut encore rebrousser chemin Yekcim !
- Pas question, on y est, on y reste !
- C’est de la folie ! reprit-il. Si nous continuions, nous sommes morts ! Tu entends ? NOUS SOMMES MORTS ! Hurlait Adoy en rage.
J’examinai le vide, si je tombai même avec mes armures je ne survivrai pas… Pourquoi descendre maintenant si près du but ? Je regardai par-dessus mon épaule Adoy restait là. Ce n’était pas le genre d’homme à abandonner quelqu’un il restait jusqu’au bout. Je commençai à soulever ma pioche pour la planter plus haut. Pendant un moment, je crus avoir été emporté mais non. Je tenais ma pioche avec mes deux mains, c’était ma seule attache pour lutter contre le vide. Mes jambes dans le vide, mon torse dans le vide, tous sauf mes mains qui tenait bon ! Adoy essaya de me rejoindre pour m’aider mais il fut réduit au même sort que le mien. Résister. Résister pour la vie. Tout était perdu, je regardai si Adoy tenait bon mais il n’était plus là. Disparu. Il avait dû lâcher et à mon tour je lâchai, conscient de ma défaite. Je tombai tournoyant dans les airs. Le sol se rapprochait, j’aurais dû m’écraser mais non. Les divinités choisirent de me garder en vie. Un minuscule sac m’avala juste avant l’impact. J’ouvris les yeux, j’étais aux pieds d’Adoy. Je me relevai péniblement et lui demandai :
- Où sommes-nous ?
- Dans mon sac mobile, il va nous conduire au sommet.
- N’aurais-ce pas été plus judicieux de le faire avant ? questionnai-je avec un ton ironique.
- Tu as dit il y a trois qu’on escaladerait la montagne avec les pioches nous l’avons fait ! Maintenant utilisons ma technique.
Il s’installa dans un siège, deux pédales par terre, un volant devant lui. Pour avancer il marchait sur les pédales comme on marche normalement (il tournait avec le volant mais vous vous en doutiez hein ?). On atteignait le sommet, le sac comme trop lourd pour être soulevé par le tempête avançait tranquillement. Nous étions enfin devant le musée. Le sac nous recracha brutalement. J’atterris la tête dans la neige. Adoy m’aida à me relevé. J’examinai les alentours et curieux demandai à Adoy :
- Cet endroit n’est-il pas censé être protéger ?
- Parce que la tempête ne te suffit pas ?
Il avait raison, le cristal blanc se protégeai très bien tout seul. Nous entrâmes et je fus surpris de voir une seule et unique pièce où siégeai le cristal au centre. Je m’approchai doucement de la pierre précieuse suivi d’Adoy armé de son redoutable bâton. Je pris le cristal rapidement je m’attendais à une résistance mais rien. Adoy me regardait stupéfait. Nous sortîmes, s’attendant à quelques pièges mais rien. Encore rien. Nous arrivâmes devant la maire, j’avais le cristal en main, je le contemplais à la fois angoissé et heureux. Adoy me dit :
- C’était étrange… Méfies-toi…
- Je ferai de mon mieux.
Sur ce, je quittai Adoy qui alla coucher à la taverne. J’entrai dans mon bureau, posai le cristal dessus, m’assis et commençai à réfléchir en observant le cristal. Je restai quelques minutes ainsi quand il s’illumina. Surpris, je fis un bond dans mon fauteuil. Une voix se fit entendre du cristal :
- Ceux qui convoitent trop, finissent par perdre le plus important…
J’étais comme hypnotisé par cette voix qui poursuivit :
- Tu ne chercheras plus à t’enrichir, tu t’occuperas de tes citoyens. Adoy sera le doyen de Sirapin, il t’aidera. Il nous aidera… Tu me donneras à lui demain.
La malédiction du cristal était en moi. J’obéissais mais avant je me couchai.
Le lendemain, je présentai Adoy comme doyen à mes citoyens dans une grande fête au centre de la ville. Vers seize heures, je donnai le cristal à Adoy.

-----------------------------------------
Changement de personnage : Adoy
-----------------------------------------
Yekcim me donna le cristal. Je ne compris pas pourquoi. Comme tous les soirs je posai mon bâton, allai m’asseoir sur le même rondin de bois pour fumer à la pipe. J’étais détendu et j’admirai les étoiles Le cristal s’illumina soudain et une voix en sortit :
- Pour payer de tes actes, tu seras tout comme le maire sous mon contrôle…
Mes mains se crispèrent, je luttai. La voix continuait :
- Pour payer de tes actes, tu seras tout comme le maire sous mon contrôle…
J’apercevais mon bâton à un bras de moi. Je tendis le mien pour l’attraper. Le cristal le bloquait. D’un dernier souffle, je brisai le lien, pris mon bâton et d’un coup surpuissant, brisait le cristal blanc. Son énergie s’incrusta dans mon arme, enfermant le cristal à jamais. Je courus pour désenvouté Yekcim avec le pouvoir nouveau de mon arme. Une fois sorti de ce terrible cauchemar, il fit le serment de respecter ce que lui avait ordonné le cristal, d’une part pour son plus grand bien… Nous gardâmes des traces de l’emprise du cristal, moi une expression orale différente, inversée… Celles de Yekcim, il ne m’en dit rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shynies
Masseur kynésithérapeute du Tanukouï San
avatar

Messages : 553
Date d'inscription : 04/11/2009
Age : 20
Localisation : %pos% &amp;gt;&amp;lt; Bouches du rhône près du gard ! :D

MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   Mar 26 Jan - 23:24

Moi je sui c'est trop bien tu te gaves Link !!! Si tu pouvais insérer le nom d'Alexis expert sacrieur Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les aventures de Linkef !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les aventures de Linkef !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» LES AVENTURES DE JACK BURTON...(N2TOYS) 2002
» [BD] Les aventures palpitantes de Skalf le Gnoblar (blabla)
» [ Roman maritime ] Les aventures de Jack Aubrey, Patrick O'Brian
» [D&D4] Les aventures du Meujeu Yannosh
» Les aventures de kem'tan !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Guilde Level Up :: Présentation :: Présentez vous-
Sauter vers: